Philibert Cockx (29 avril 1879 - 02 septembre 1949) est un peintre-aquafortiste-graveur Belge. Il participa aux courants d'avant-garde du début du XX siècle, En compagnie d'Auguste Oleffe, le chef de file des Fauvistes Brabançons, il fréquente l’atelier libre « l’Effort » avec Rik Wouters, Jos Albert, Anne-Pierre de Kat, Jehan Frison, Marcel Jefferys, Willem Paerels, Ferdinand Schirren, Louis Thévenet, Médard Verburgh, Médard Maertens, Henri Ramah, Jean Brusselmans, Charles Dehoy, Pierre Scoupreman, Mathys Albert-François, Rodolphe Strebelle e.a.









Sommaire

1 Biographie
2 Son œuvre
3 Rétrospectives
4 Expositions
5 Musées
6 Liens utiles







Biographie




Philibert Cockx nait à Ixelles le 29 avril 1879, d'un père originaire d'Horrues dans le Hainaut, et d'une mère Luxembourgeoise. Son père s'installe à Bruxelles, loueur de voitures, et inscrit son fils en apprentissage chez un maréchal-ferrant dès l’age de 14 ans.

Dés sa plus jeune enfance, pourtant, Philibert est habité par une passion : le dessin. devant l'insistance de son fils et de sa mère, le père accepte que Philibert « entre dans la vie artistique », il a 19 ans.

En 1900, Philibert Cockx fréquente l'atelier de modèle vivant de l'académie de Saint-Josse-ten-Noode en compagnie de Jos Albert et Rik Wouters, sous la direction de Félix Cogen. Entre 1895 et 1903, il suit quelques cours du soir à l'académie de Bruxelles dans la classe d'Isidore Verheyden, peintre réaliste et membre fondateur du Groupe des XX. Le professeur lui conseille rapidement de peindre seul.

Période 1904-1923 : Philibert Cockx, en véritable autodidacte, comme la plupart des fauves débutants, bénéficie de l'intérêt que le brasseur-mécène François Van Haelen, originaire de Forest, porte à l'art moderne Belge de la « Belle époque », pour un plaisir tout personnel.

La Brasserie Van Haelen connait son age d’or en ce début du 20ème siècle, et devient rapidement un lieu de réunion des peintres James Ensor, Fernand Khnopff, Théo Van Rysselberghe, Louis Thévenet, Rik Wouters ….. La plupart des peintres fauves, vers 1905, habitent à proximité de la brasserie, Philibert Cockx, Pierre Thevenet, Dehoy, Roger Parent, habitent Drogenbos, Brusselmans, Jos Albert et Paerels, Uccle, et Jehan Frison, Linkebeek.

Après le départ de Louis Thevenet, pour Halle, en 1914, Philibert Cockx, agè de 35 ans, trouve un toit, de quoi boire et manger, à Calevoet chez le brasseur, personnage jovial et bon vivant. Les œuvres peintent par les artistes du groupe de Calevoet, à peine sorties de l’atelier, ou peintent sur place, décorent les salons, les salles a manger, les chambres des Van Haelen. Seule une exposition du 10 au 25 mai 1924, à l’initiative de la jeune association Uccle Centre d’Art, dans le Parc de Wolfendael, montrera la plus importante collection privée de peinture de l’entre-deux guerres en Belgique.

L’écrivain romancier et dramaturge, Herman Teirlinck, dès 1905, est présent au côté de ceux de « l’école de Beersel », ou « les amis de Linkebeek », comme on les appellent. Le groupe participe activement aux ripailles, ballades. « On venait s’emplir pour 8 jours, dit Auguste Oleffe comme boissons : du Bordeaux, du Champagne, de la bière. C’était le temps des calèches, des tilburys, des cabs suspendus comme des balançoires, on partait en bande à la campagne, au galop des chevaux. Tu aurais du nous voir avec nos cheveux, avec nos barbes de l’époque. C’était le dépôt de la bohême. Ensor luttait de capacité avec François Van Haelen, dans la joute aux lampées, on jouait aux quilles……. pour épater les paysans. » (5)

Philibert expose dés 1912 avec les Bleus à la Galerie Giroux, récemment créée à l'initiative de l'écrivain Jules Elslander et de Georges Giroux.

Remarqué par Octave Maus, Philibert COCKX participe à la dernière exposition de la Libre Esthétique en 1914 et expose aux côtés des peintres symbolistes Français, Puvis de Chavannes, Gustave Moreau et Odilon Redon

Il est membre de l'académie libre l'Effort, et des Indépendants Belges en 1904. Il se lie d’amitié avec Jos Albert, Albert François Mathys, Jean Brusselmans, Médard Verburgh,

En 1926, il séjourne en France en compagnie de Valerius De Saedeleer, A. Oleffe, Henri Thomas et R. Janssens. La même année il quitte Beersel, pour habiter la voie sauvage du Kamerdelle à Uccle - l'autre « vallée des artistes », « le petit Montmartre », le refuge d’une quinzaine d’artistes.

La crise des années 30 et l'effondrement du marché de l'art précipite, de nouveau, Philibert Cockx, 51 ans, dans des conditions de vie proche de la bohême.

Philibert Cockx, farouchement indépendant, vivra, solitaire, contemplatif, dans la simplicité, d'un tempérament calme et serein, il sera fidèle en amitiés.

Le 2 septembre 1949 Philibert Cockx, 70 ans, décède dans sa maison du Kamerdelle, au côté de sa femme Maria.

Son œuvre

On remarque dés ses débuts un fort tempérament. Des réalisations, hardiment bâties, d'un trait sûr et parfaitement équilibré, et déjà accompagnées de couleurs d'un éclat superbe, car en réalité, Philibert Cockx évolue en véritable coloriste. Les toiles, à cette époque, sont encore empreintes d'impressionnisme finissant. Les teintes sombres apposées en larges couches, rappellent alors les peintres du Sillon. La couleur noire, inspirée des œuvres d'Oleffe, et déjà présente et utilisée de façon pertinente. Ses premières toiles datent de 1904. Sa signature : Une tenaille et un marteau entrecroisés.

Peu à peu il se tourne vers le fauvisme brabançon. Il recherche la synthèse, la construction des formes aux couleurs saturées, chargées de lumière et d'ombre. « Autoportrait aux pinceaux – 1912 » La place est laissée à la couleur, écartant parfois presque le modele et le dessin. L’esquisse du modèle ainsi rapidement tracée donne du rythme à l’ensemble de l’œuvre.

Le sujet, afin d'en exprimer toute son émotion et sa poésie, est longtemps observé puis repensé, mais avant de trouver sa place sur la toile, dans une deuxième phase, l'acte de création débute réellement sous ses mains, lentement, à la naissance de la pâte, riche matière, comme les anciens maîtres flamands. Philibert Cockx crée, prépare, tout au long de sa vie, ses huiles, et ses teintes aux pigments naturels ; pour lui c'est assurément l'essence de la création.

Entre Ensor et Wouters, à la manière Cézannienne, il exprime ses dons, dans la solitude de son vieux chemin de Karmerdelle, l'un des plus beaux coins d'Uccle, loin du tumulte de Bruxelles, et comme il aime à dire «Pourquoi voyager, j'ai là tout l'univers devant moi ».

Durant la première guerre mondiale, lors de son séjour chez le brasseur Van Haelen, Philibert Cockx signe une grande partie de ses œuvres en majuscules. Ph Cockx - « Femme peignante »-1918.

Après la première Guerre Mondiale, sa palette s'assombrit et son art évolue vers un expressionisme personnel. « La Liseuse » -1935.

Philibert Cockx, tout au long de sa vie évolue dans son art en véritable coloriste, vigoureux, peu regardant sur les détails, et dans chaque œuvre, permet au sujet d’exprimer un pouvoir de suggestion inimitable.

Il traite le portrait, le nu, les marines, les scènes de genres, paysages, natures mortes, fleurs, et intérieurs : Il pratique aisément le travail au couteau, l'huile sur panneau, sur bois, sur toile, l'aquarelle, mais aussi le dessin à l'encre de chine, le pastel, le lavis, le crayon sur papier et de temps en temps la gravure sur cuivre e.a.

Philibert Cockx, cheminera dans son art, loin des chapelles, des contraintes du marché, des marchands d'art, et des théories artistiques à la mode. Il n'acceptera aucune exposition personnelle.
Si la créativité individuelle de Philibert Cockx est pourtant bien présente, la difficulté reste dans la classification de sa production, de son art. En effet, il appartient pour le miliieu artistique, tantot à la période fauve, tantot à la période expressionniste de l’après guerre. C’est, peut-être, pour cette simple raisoin que son œuvre ne sera réellement découverte que lors de la rétrospective de 1964 au musée d’Ixelles, puis durant les années 90.


Rétrospectives :

1949 : Rétrospective d'ensemble à la Galerie Giroux - 29/10 au 12/11/1949 – 100 œuvres
1952 : Rétrospective Forest : 15/11 au 04/12/1952
1956 : Rétrospective Parc de Wolvendael - Uccle
1964 : Rétrospective au Musée d'Ixelles. 121 œuvres
1969 : Galerie de Vuyst, Lokeren – Pas de catalogue.
1974 : Rétrospective au C.C.A. Spinoy à Malines. 107 oeuvres du 28/9 au 20/10 1974.
Buste de Ph. Cockx par Fernand Debonnaires
1976 : Galerie Horizons - Bruxelles du 15/01 au 03/02/1976
1987 : Rétrospective à Hôtel de ville de Bruxelles. du 08/07 au 02/08/1987

Principales expositions




1911 : Les Indépendants Belges, exposent aux Musée d'Art Moderne de Bruxelles. Lors de la 8ème exposition, préfacée par G. Apollinaire, Philibert Cockx est présent aux côtés des Fauves et Cubistes Français - R. Delaunay, A. Gleizes, H. Le Fauconnier et F. Léger.

1911 : Cercle "Doe Stil Voort". Musée d'Art Moderne, Bruxelles.

1912 : La Galerie Georges Giroux est créé en 1911 à l’initiative de J.F.Elslander écrivain, et de Georges Giroux, originaire de Macon.. La première exposition, en 1912 – Les Bleus de la G.G.G. révéla les futurs Fauvistes Brabançons, jeunes peintres avant-gardistes de la Région de Bruxelles de la première moitié du vingtième siècle. Philibert Cockx est âgé de 33 ans.

La Galerie regroupe les membres des Cercles Le Sillon et L'Effort. En 1960 la Galerie cesse son activité.

1914 : La Libre Esthétique (1894-1914) - la dernière exposition.

On peut lire dans L’Art Moderne en 1914, « L’orientation de la jeune école sera précisée par J. Albert, Philibert Cockx ….. Et sous l’impulsion d’Ensor, Philibert Cockx, Médard Maertens, Joseph Albert, me paraissent les mieux inspirés. Ce sont des peintres de tempérament, hardi et véhément, les deux premiers surtout montrent bien que pour s’être trempés aux sources fraiches de l’esthétique nouvelle, ils n’ont pas abandonné les forces natives de leur race ».

1917 : Galerie Georges Giroux. Nouvelle participation de Philibert Cockx.

1919 : Le Centre d'Art (1919-1920) - Créé par l’architecte et critique d’art Victor Bourgeois, L’éphémère Centre expose lors de sa première, des peintures de Philibert Cockx, Logelain, Verburgh et des affiches de René Magritte.

1920 – Bruxelles, la Galerie Sélection et son directeur A de Ridder, accueille Philibert Cockx, qui après avoir atteint les limites du Fauvisme se tourne peu à peu vers l'expressionnisme, tout en conservant sa palette émaillée.

1920 : Venise - Exposition Internationale des Beaux Arts - XII biennale : 3 Présentations "Paysage – Coin de ville (1912) Bruxelles – Dessin".
Sont présents Paul Cézanne, Pierre Bonnard, Henri Matisse Seurat, Redon……
1921 : Palais des Beaux Arts de Barcelone – février 1921 – Exposition d’artistes Belges
1922 : Aux Indépendants Belges ( 1904-1929) Créé à l’initiative du peintre William Jelley afin de « lutter pour le renouveau artistique ».

1923 : Salon de la Lanterne Sourde, les Arts Belges d'Esprit Nouveau, au Palais d'Egmont. Bruxelles, en compagnie de Maes, Creten, Ensor, René Magritte, Spilliaert, et Strebelle. Salon littéraire créé en 1921 par Paul Vanderborght, rejoint par Pierre Bourgeois.

1923 : Uccle - Parc de Wolvendael – 1ère exposition de la La Collection Van Haelen.

1930 : Anvers – Kunst Van Heden - Ph. Cockx, Willem Paerels: catalogue. 26/07 au 07/08

1930 : Venise - Biennale : Le modèle et l’artiste.

1932 : L'Académie Brabançonne (1932-1938) - Créé par le critique d'art Marc-Antoine Pierson avec 10 artistes Brabançons, en réaction contre « l’amateurisme » et pour « la défense de la tradition Brabançonne ». La première exposition à lieu à la Galerie Georges Giroux.

1932 : Baltimore – International Exhibition of Paintings.

1932 : Pittsburgh – 30th International Exhibition of Paintings

1935 : Le Bon Vouloir - Invité d'honneur du Cercle Montois. Cercle crée en 1895, avec pour unique but d’exposer annuellement des œuvres d’artistes confirmés et débutants Montois.

1935 : Exposition universelle de Bruxelles – Ph Cockx avec Permeke, Shirren, Ramah.

1935 : Paris – Musée du Jeu de Paume – Exposition d’Art bBelge contemporain –
Avec Anto Carte – Léon Devos puis Permeke, Tytgat, De Saedeleer, Wouters, Ph Cockx, Opsomer.

1937 : Bruxelles : Cercle Artistique

1938 : Alger - Les peintres Belges

1946 : Paris – Exposition internationale d’Art Moderne – Unesco

1947 : Anvers. - 77ème Salon « Als Ick Kan » -

1949 : Liège - Salon quadriennal de Belgique.

1950 : Lyon - "La Peinture Belge Contemporaine," au Musée des Beaux-Arts de Juin à Sept

Extrait du catalogue : « Philibert Cockx fut le coloriste de l’école Belge »

Tableau n° 16 – Nature morte aux poissons - Musée des Beaux Arts de Tournai.
Tableau n° 17 – La robe de taffetas – Musée des Beaux Arts de Bruxelles.
Tableau n° 18 – L’étal aux poissons – Collection particulière.

Sont présents : Brusselmans, Collignon, Delvaux, De Kat, De Saedeleer, D Smet, Devos, Magritte, Minne, Navez, Oleffe, Opsomer, Rama, Saverys, Tytgat, Van de Woestyne, Wouters, e.a. Sculpture : Leplae. Grard, Wouters et Minne.

1952 : Anvers – CKW.

1953 : Cologne, Maison Belge, Exposition : Léon de Smet et Philibert Cockx

1953 : Bruxelles - Galerie Brueghel

1956 : Bruxelles - Galerie Brueghel, Exposition : Ph. Cockx, Navez, Paerels, Wéry

1958 : Bruxelles - Exposition Universelle - L'art Belge Contemporain

1958 : Moscou – L’Art Belge

1958 : Varsovie – L’Art Belge

1959 : St Jean Molenbeek – Château de Karreveld – Salon d’automne

1960 : Bruxelles – Palais des Beaux Arts – Les Peintres de la Mer.

1961 : Charleroi – Cercle Artistique

1961 : Rome - Musée du Vatican : Dépôt d’une œuvre de 3 peintres Belges – Ph Cockx.

1962 : Arlon – Le paysage dans l’Art Belge.

1965 : Sint Joost ten noode – 100ème Anniversaire de l’Académie des Beaux Arts.

1966 : Tournai – Cercle artistique – Salon d’Automne.

1967 : Bruxelles – Office Provincial des Métiers d' Art - 27 au 10 nov.

1968 : Uccle – Centre culturel

1969 : Musée Charlier

1969 : Province du Brabant - Peiter Brueghel et la peinture brabançonne contemporaine.

1978 : Anvers - Musée Royal des Beaux-Arts - 31/03 au 02/07

1979 : Bruxelles - Le Fauvisme Brabançon :Exposition Crédit Communal 12/05 au 24/06

1985 : Bruxelles - Hotel de ville - Les Maîtres Bruxellois de la nature morte.

1986 : Bruxelles - Hotel de ville - Les Fleurs dans l'Art à Bruxelles

1993 : Liège - Donation Jaumain-Jobart – Musée d’Art Wallon – De Ph Cockx « Le peintre et son modèle » du 3 septembre au 3 octobre, et Rick Wouters, De Saedeleer ….

1994 : Bruxelles - Waterloo - L'exposition «Expressionnisme wallon» Écuries du parc Descampe, chaussée de Bruxelles. Douze expressionnistes wallons: Anto Carte, Victor Leclercq, Jean Milo, Marcel Caron, Paul Delvaux, Philibert Cockx, Charles Counhaye, Marthes Donas, Jean Leroy, Auguste Mambour, Pierre Paulus et Edgar Scauflaire.

1994 : Bruxelles – Berseel - Musée Herman Teirlinck – Une cinquantaine d’œuvres issues de la Collection Van Haelen -

2009 : Uccle - « Le Doyenné » Uccle – Les trésors picturaux ucclois; (aquarelles - dessins)
Philibert Cockx « La moisson » et autres peintres Ucclois.

Expose aussi :

A l'Effort, situé près du quartier du Sablon, à Bruxelles, cercle créé en 1890 par le peintre William Jelley et animé par Auguste Oleffe. Le groupe milite en faveur de la liberté d'expression et le retour à la nature. On retrouve parmi ses membres les futurs fauvistes brabançons.


Au Sillon, (1893-1910) créé par Gustave Max Stevens, dans le but de « retrouver » la peinture traditionnelle

Les cercles : Pour l'Art, au Labeur, à la La Société Royale Belge des Aquarellistes et Pastellistes.

Il est membre :

d’Uccle Centre d’Art, dès le début de la création, les expositions se déroulent à l’époque au « Vieux Cornet »,

des Indépendants,

du cercle Kunst Van Heden (Art Contemporain),

des XV, créé juste après guerre, en réaction au modernisme de l'époque,

Participera régulièrement aux Salons Triennaux de Bruxelles, Gand, Liège, Anvers et à quelques expositions internationales – Alger, Baltimore, Buenos Aires, Cologne, Lyon, Madrid, Moscou, Paris, Pittsburgh, Varsovie, Venise, ……

Obtient le prix R Steens dès sa création.

Participation à la vie des cercles :

1932 : Cercle Artistique de Bruxelles. Membre du Comité organisateur de la rétrospective : Louis Thevenet.

1932 : Association des Artistes Professionnels de Belgique : A.S.B.L. Participe au 1er Conseil d'administration.

1932 : Membre de l’Académie Brabançonne avec Wéry, De Kat, Constant Permeke, G de Smet et Tytgat ils combattent l’amateurisme et souhaitent perpétuer la tradition Brabançonne.

Hiver 1933 – Cercle d’Art de Saint Josse Ten Noode– Le comité – Tygat, Jos Albert, Ph Cockx, S. Cocq, G. Latinis, W. Paerels – peintres et G. Fontaine sculpteur.

Participation à l’illustration de revues et ouvrages :

1928 – Bulletin du Service de Recherches Historiques et Folkloriques du Brabant – aout et décembre – Article sur La Médecine Populaire par P. Herman et D. Boomans - Préface de Albert Marinus – Dessis originaux de Brusselmans, Ph Cockx, Paul Collet, Charles Counhaye, Maurice Flament, William Jelley, Michel, Narcisse, Auguste Oleffe, F. Smits, R. Van de Sande, M. Verburgh et Fernand Wéry. Dessi de Ph Cockx – La Chapelle.

1935 : Philibert Cockx : gravure sur cuivre intitulé “Le paradis perdu” dans un conte illustré de VAN OFFEL Horace. Avec Brusselmans, Anto-Carte, Crommelynck, De Kat, Ensor, Minne, Navez, Spillaert, Strebelle, Tytgat, De Vlaminck e.a.
Oeuvres aux Musées d'Anvers, Bruxelles, Charleroi, Gand, Ixelles, Liège, Namur, Tournai et Buenos Aires.

1937-1938 – Août et Octobre - Le Folklore Brabançon - Commémoration Charles De Coster - (Numéro spécial)

Le Folklore dans l'oeuvre de Charles De Coster – Dessin de Ph Cockx – Wantje, dans les Frères de la Bonne Trogne – Légendes Flamandes.

Ses élèves :

Marguerite Frix, Maud Henon, Albert Mascaux, e.a.


Musées :






1915 - La mère de l'artiste - Bruxelles Musée Royaux des Beaux Arts.
1924 - La paysanne flamande – Bruxelles Musée Royaux des Beaux Arts.
1924 - La robe de taffetas - Bruxelles Musée Royaux des Beaux Arts.
1928 - Le cheval blanc - Anvers Musée Royal des Beaux Arts.
1928 - Nu – Anvers Musée Royal des Beaux Arts.
1934 - Travestis - Liège Musée des Beaux Arts.
1945 - La dame en noir - Liège Musée des Beaux Arts.
1947 - Retour de Carnaval.
1949 - La terrasse – Etat belge.





Nature morte et intérieur - Ixelles

Quelques oeuvres dans les musées suivants : Anvers-Liège-Gand-Charleroi-Namur, Tournai - Musée communal de Malines "Hof van Basleyden" - Buenos aires.



Oeuvres :

Collection de la communauté Française et Flamande.
Cour des Comptes et Province du Brabant
Crédit Communal de Belgique
Uccle et Forest.


Ouvrages :


1) - La revue de l'art - Daniel Van Damme -1925.

2) - Le Fauvisme Brabançon. La Collection François van Haelen - De Becker, Urbaan, De Geest, Joost; Vanhemelryck, Fernand - Ed. Crédit Communal, Bruxelles - 1994

3) - Catalogue de l'exposition le « Fauvisme Brabançon » – Van Aundenhove Mertens Phil. Serge Goyens de Heusch - 1979 - Crédit Communal de Belgique à Bruxelles.

4) - Figures et souvenirs d'une Belle Epoque-Elslander J.F. La Renaissance du Livre - Bruxelles 1944

5) - Mon ami Louis Thevenet – René Lyr - Ed. nat. Uccle – 1945

6) - La vie et l'œuvre de Philibert Cockx - Louis Pierard – Gaston De Beer - 1949

7) - A.Oleffe – Monographie des peintres belges - Ed. Meddens - Marcel Nyns - 1964

8) - Philibert Cockx, Monographie des peintres Belges - Ed. Meddens - Arild Lienaux – 1965.

9) - Le retour à l'ordre : Art et politique en Belgique 1918-1945 par Virginie Devillez
Éditions Labor / Banque Dexia, Bruxelles, 2002.

10) La peinture Flamande – Georges Marlier - 1944





Le Bulletin de la vie artistique - Paris - 1926                Enquête Belge sur la Jeune Peinture Française